Afrique un jour... Afrique toujours

Publié le par celine

Me voila dans la voiture, siege arriere de douleur, images insupportables qui deroulent devant mes yeux... je pars, quitte la Cote d’Ivoire... non, je ne fuis pas, je construis ma vie ailleurs, la ou mes etudes m’attendent, la ou le vent est plus frais... les portes me seront ouvertes pour un avenir que je choisierais...

Abidjan*, tes rues disproportionnees, le boulevard 4 voies avec 6 files de voitures,.. et les taxis et Woro-Woro* qui brulent leurs accelerateurs pour doubler... les pietons qui traversent la moitie de la route... A chaque feu rouge, mon coeur s’arrache, les larmes me montent aux yeux, le coeur serre, la rage au ventre...

Arretez la voiture ! Je veux rentrer, defaire ma valise, je partirais un autre jour... mais le saut n’en sera que plus dur... Je refuse de partir dans repasser devant mes ecoles, mes voisins, mon restaurant prefere, le maquis de mes moments de detentes, le marche, Prima le centre commercial de mes dimanches apres-midi, le Hit Parade  dancing de mes samedis soirs, les  Studios et l’Ivoire mes cinemas....

Me souvenir des femmes toutes vetues de pagnes, portant leur bebe dans le dos, la bassine sur la tete... les vendeuses d’Alloco* devant chez moi ... « 25, 25 » criait le Dialo* pour les bonbons Pecto ou les chewing-gum Hollywood... les arachides achetees sur le bord de la route, un mais grille ou encore des pokis* bien glaces...

Je veux fermer mes yeux et sortir de la ville, prendre la route de Bassam et Assinie*, traverser le marche aux touristes... les villages construits de palme et de bois, paillotes ephemeres et branlantes... Sentir encore le poulet braise et l’attiete* sauce tomate... les gambas grillees, le manioc... Les couleurs verts/bleus des champs d’ananas, les bananes se vendant a la volee chez celle qu’on appelait « la folle », les noix de coco fraichement coupees sur la plage, pour le petit dejeuner... le bruit des vagues de l’ocean au reveil avec cette vue magnifique d’une plage immense... la repetition arrassante du bruits des vagues qui me bercaient le soir...

Et toutes ces traditions de village, cadeau pour le chef, jeux avec les enfants, cuisine pour les femmes, tressages pour les gamines, la quotidienne discussion des anciens sous l’arbre a Palabre* avec la noix de cola, la terre laterite*, le Masque* preparant sa representation du soir a la fete du village.... Les pagnes*, les Koris*...

Afrique, tu m’a offert 18 ans de ma vie, je les garde a jamais dans mon coeur... Oui je pars... mais te reviendrait un jour, ca je le promet !

Afrique...

 

Ci-dessous, quelques dessins, que j'adorent, de femmes Massais (juste pour vous faire voyager un peu a travers les dessins), que je vous fais decouvrir en accord avec l’auteur : Arteashow

   
 

Creative Commons License
Ce/tte création est mis/e à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans Voyage Voyage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Manue 30/08/2006 14:36

Emouvant témoignage.
Comme un autre visiteur, j'ai l'impression que tu as parfaitement exprimé les émotions qui m'ont aussi submergée au moment de quitter la CI. Et puis, c'est doux à l'oreille de retrouver ces particularités de la langue, ces mots qui nous étaient quotidiens, familiers, evidents et qui paraissent, maintenant, anachroniques ou déplacés ! Je me gargarise des woro-woro, apatams et autres attiéké !
Anitié !
Manue

(chaperli) 18/02/2006 18:22

un petit mot sur tes photos sur l'égypte qui me font rêver ... j'espère y aller très bientôt.
ciao
chaperli

LC 29/12/2005 10:16

salut
ben dis donc ... j'ai l'impression que tu as traduit sur le web ce qui s'est passé dans ma tête quand on m'embarquait vers l'aéroport pour quitter Abidjan, quelques jours après avoir eu mon bac .
Al'époque, le web n'était pas encore notre moyen d'expression favori ( on préférait graver des trucs sur les tables du bâtiment C du LBP ou sur les tables des apatams)
bon courrage pour la suite, et t'en fais pas, un ancien abidjanais s'en sort toujours !
tchuss
 
LC

Mathieu 01/12/2005 11:42

A la lecture du récit, on n'a qu'une envie, c'est d'y aller... Alors un jour je raconterais promis ce que tu as vécu, avec mes yeux, mes rêves, mes envies et mes rencontres. Et qui sait... peut-être nous verront nous l-bas...
A bientot
Matt

vincent 27/11/2005 15:24

tres bonne plume, tres bon coup de crayon, tres bon blog ;))) @++