Reflexion : rencontre, mort et destin

Publié le par celine

Entre la vie et la mort : reflexion

 

 

Je pense que chaque personne ou presque a déjà vécu la perte d’un être cher ; ça peut être un parent, un frère ou une sœur, petit ami ou époux, membre de la famille ou ami proche… mais la mort de personne que l’on connaît assez peu finalement, peut-elle nous toucher aussi ?

 

Il est très étrange de considérer la mort de quelqu’un de plus ou moins étranger, comme quelque chose de conséquent dans sa vie. On rencontre, tout au long de sa vie, des centaines de personnes que l’on « classent » par niveau d’importance selon le nombre de contacts, les points communs, l’attitude… alors pourquoi se donner une difficulté supplémentaire de s’attacher a des personnes que l’on affectionne qu’au minimum ? Es t’il permis de pleurer pour ceux qui ne font pas parti de notre propre entourage ?

 

Je me souviens de la mort de mon grand-père, il y a 6 ans maintenant. J’étais en Seconde et vivais en Cote d’Ivoire à l’époque, alors que mes grands-parents vivaient en France. Ce douloureux souvenir me pince le cœur quand je sais que ma grand-mère n’a pas voulu que je vienne en France, assister à l’enterrement, pour m’épargner cette peine immense due à l’attachement que j’avais envers lui. C’est une chose très dure que de ne pas pouvoir dire au revoir à ceux qui meurent. L’ultime adieu, devant des fleurs, face au cercueil. La première larme réalisant qu’il est parti pour toujours et ne poussera pas la porte de la maison avec un grand sourire et des bonbons pleins les poches pour sa « Celinou »… Mais finalement, la satisfaction de savoir qu’il est mieux là-haut et qu’il ne souffre plus de son cancer.

 

A contrario de la perte de cet être cher et proche de moi ; j’ai vécu cette semaine, dans ma famille d’Ecosse, la mort de la grand-mère. Femme extraordinaire de 88 ans, plein d’histoires et de sourires, que j’ai eu le plaisir de rencontrer. Passant sa dernière semaine à l’hôpital, il fut très difficile pour la famille de réaliser qu’elle n’était plus. Car finalement lorsque l’on est à l’hôpital, il y a toujours cette note d’espoir qui nous pousse à croire à une guérison miraculeuse…

 

Et enfin, n’est-il pas prétentieux de croire que l’on peut toujours faire quelque chose ? En tant que simple être humain et sans parler de divinité aucune ou d’autre quelconque puissance supérieure, peut-on réaliser dans ce moment douloureux qu’est la perte d’un être cher, que nous ne sommes qu’insignifiant et que nous ne pouvons pas toujours contrer mère nature ? Entre la vie et la mort, y’a-t-il vraiment un destin qui nous attend ? Est-ce que chacun est lié à un avenir tracé ou peut–on garder l’illusion de cette maîtrise ? En ce cas, l’existence de certains (ainsi que moi je l’avoue) serait construite sur des chimères ; ne serait-ce pas de la ségrégation de croire que chacun est voué à suivre sa route sans pouvoir la changer ?

 

Je pense très sincèrement que chacun à un destin, une route à suivre… mais que c’est à lui de construire les artifices sur le chemin. Ainsi nous pouvons garder l’illusion de contrôle de notre destin tout en se fiant à un hasard bienveillant…

Par conséquent, les personnes qui nous quittent, ont fait leur « temps » et doivent laisser leur place pour la prochaine destinée interchangeable. Parfois leur vie fut riche, d’autres fois non ; par moment ils ont eu la joie de construire leur sort, ou non…

 

Entre Vie et Mort, quel est réellement notre destin ?

 

Publié dans pour ou contre

Commenter cet article

Je suis fou, ceci est ma vie ... 26/11/2005 03:18

J'ai rejeté mes grands parents .. pour différentes raison .... un est mort .. j'était trop jeun ... j'ai crus que cela ne m'avais pasmarqué .. mais peut être que la été tout le déclic.. un autre .. puis un autre ... puis la dernière .. ma grand-ère maternelle qui m'avait élevé a la place de ma père, malade .. cela faisait un moment que je ne voulait plus la voir .. la vie faisait que je ne l'a voyait pas beaucoup .. et chaque fois que je la voyait lle me donnait de l'argent... je ne voulait pas qu'elle achète ma visite .. alors j'ai décidé de ne plus la voir ... puis elle a eu une crise .. elle c'est retrouvée parlysée ... hopital .. je ne suis pas allé d'abords .. peur .. puis je suis allé la voir ... elle ne pouvait plus me voir ;. m'entendre .... puis elle est morte .....
je ne lui ai jamais dit que je l'aimais .. e lle a cru être abandonnée ...
Je sais que ça n'a plus d'importance pouir elle ... mais pour moi ... je dis pardon grand-mere, j'ai été trop con.
De toute évidence ... il faut prendre la vie plus simplement ....pour ce qu'elle est et non pour ce qu'on croit ...

nicristi 14/10/2005 16:10

Céline,
Je sors de mes boxes juste pour te poser une petite question après avoir lu cet article ?
Tu vis en couple ? Arrives-tu à mettre en pratique ce que tu écris ?
Bises

daniel 10/10/2005 22:45

c'est que c'est dur sur le moment ,mais la vie nous fait oublier trop vite....
beau blog
bises
a++

Sonia 30/09/2005 22:01

Très beau blog celine.

lily66 30/09/2005 10:35

Tu vas me dire que j'abuse! (ça fait 3 com en 5 mn ) mais dans mon com précédent j'me suis trompée j'ai mis lily55 au lieu de 66 tu peux arranger ça? merci!
VIVE LES PALMIEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEERS!